Innover pour la Mode…adapter les métiers à la « Fast Fashion »!

, ,

Je vous fais partager mon intervention à l’occasion de l’évènement Paris Fashion Shops le 8 novembre dernier sur le thème « innover pour la mode ».

Créée en 2016 par Jacky Z. Chang, Paris Fashion Shops est la 1ére plateforme B to B dédiée aux professionnels de la mode. Elle compte aujourd’hui 100 0000 références produits mises a disposition de 100 000 détaillants dont 60% à l’étranger. Lauréat de BFM Académie 2019, son président fondateur  avait rassemblé des experts du domaine et m’avait demandé d’intervenir sur la dimension innovation dont PFS a intégré les différents modes avec succès. En effet en quelques années Paris Fashion Shops a su se hisser parmi les start ups prometteuses et Le Figaro n’a pas hésité à la nommer l’« Amazon du B to B ».

La mode c’est le lieu de l’innovation par excellence. Incrémentale avec ses tendances et collections mais également de la disruption en bousculant les codes. L’innovation disruptive, chasse gardée du luxe, s’ouvre aujourd’hui au prêt-à-porter grâce aux possibilités nouvelles ouvertes par le Digital et l’Intelligence Artificielle. Le temps s’accélère et on assiste à l’avènement de la « Fast Fashion ».

Pour Innovation Blossom, l’innovation est une question de talents à faire éclore, d’intelligence à développer en complément de l’intelligence artificielle. Et donc la mode est un terrain d’application passionnant.

En effet, comme tous les secteurs, la mode doit s’adapter au monde qui change. Mais plus que tout autre secteur, étant par essence à la pointe des tendances,  elle est touchée de plein fouet par le digital avec les atouts et contraintes du « commerce unifié » et la vague « éco-friendly ».  Les métiers de la mode doivent  donc évoluer voire  muter.

Je vous fais partager ma vision des challenges pour les 3 métiers au travers des 3 I à développer …et surtout de nouveaux métiers à inventer.

L’ INSPIRATION à renouveler pour  les métiers de la création

Artistes dans l’âme les créateurs de Haute Couture et les stylistes font les tendances. Chaque créateur a innové en marquant l’époque de sa griffe: de Coco Chanel avec sa marinière mondialement copiée aux créatures inspirées des mangas d’ Olivier Rousteing pour rebooster Balmain. Chaque année, et 2 fois par an,  les professionnels ont à relever le défi des nouvelles collections. Il s’agit d’un exercice d’innovation « incrémentale » : améliorer ou changer un produit qui permettra de revendiquer la nouveauté, marquer la saison. Hors le risque d’épuisement de la profession, les recettes de l’incrémental fonctionnent bien : rallonger ou raccourcir cheville, genou, cuisse,  passer des imprimés jungle à l’uni, favoriser un accessoire phare…Peu coûteuses, ces innovations  sont porteuses de chiffre d’affaires par renouvellement de l’offre.

Mais c’est la « disruption », en mode comme dans les autres secteurs, qui est le graal de l’innovation. C’est jusqu’à présent le domaine des grands créateurs et du luxe. Citons Yves Saint- Laurent, roi de la disruption en bousculant les codes  établis, qui a su imposer par exemple le Smoking pour les femmes, le caban dans la rue, sortir l’imprimé léopard de la vulgarité.

Aujourd’hui, tous les codes ayant été revisités, c’est le  digital le nouveau champ d’inspiration : créer des vêtements intelligents, connectés au vestiaire ou à l’agenda, reflet calculé en IA de ma trace numérique tant en couleur que style et taille, leur permettre de changer de couleur en un clic… permettre au client de devenir son propre créateur ? de changer , de se changer de plus en vite et de plus en plus souvent.

Autant de compétences nouvelles pour le styliste qui viennent s’ajouter aux capacités d’imagination et de dessin. Il faut élargir le champ d’inspiration de ce métier de la mode créatif par excellence pour exploiter les opportunités créatives notamment du Digital et qui s’ouvre au prêt-à-porter avec la « Fast Fashion ».

L’ INTELLIGENCE TECHNIQUE à élargir pour les métiers de la production

La fabrication et la logistique sont aussi déterminantes en innovation que la création. Pour permettre, selon la définition de l’innovation en cours à Harvard,  « à l’idée de toucher le marché », les métiers de la production sont essentiels : les modélistes, les petites mains des stylistes, les contrôleurs qualité, tous les métiers techniques…

Mais eux-aussi vont devoir évoluer, à commencer par celui d’ingénieur technique ou R&D textile pour inventer les nouvelles matières respectueuses de l’environnement. Il s’agira d’innovation incrémentale par amélioration et substitution. Et un nouveau challenge se présente avec l’accélération du temps digital qui impose des temps de production encore plus courts tout en maintenant le niveau de qualité.

Le Digital encore, avec ses imprimantes 3D notamment, suppose une maîtrise technologique supplémentaire aux compétences textiles classiques. Et vraiment disruptive, la possibilité qui va être offerte aux clients, sans être des spécialistes techniques, de fabriquer eux-mêmes leurs modèles. Ce sera aussi la possibilité, en fabricant soi-même, de supprimer les délais de distribution donc de succomber à la Fast Fashion !La suprématie technique des fabricants est donc à redéfinir à l’ère du prêt-à-porter sur mesure ! 

L’INTELLIGENCE CLIENTS  à augmenter pour les métiers de la vente

Dans un environnement de concurrence mondiale, les métiers de la vente exigent un sens affuté de la mode. Les jeunes diplômés d’école de commerce sont recherchés pour les postes de « chef de produit marketing » pour développer les marques du luxe ou de prêt à porter. Le digital fait partie intégrante de la stratégie de communication voire de commercialisation avec le e-commerce. Les exigences du commerce unifié démultiplient les compétences des différents canaux à mixer. Les profils hybrides, mode, marketing et digital sont idéaux pour ces fonctions.

Coté Retail, le profil évolue également. Pour faire face  au e-commerce, à la performance de mise à disposition d’Amazon ou de plateforme spécialisées dans le textile, les retailers doivent repenser leur rôle et leurs espaces. Le digital a déjà bousculé le métier d’acheteur avec les comparatifs en quelques clicks. Les chefs de produit marketing et les retailers doivent intégrer ces nouvelles possibilités pour améliorer leur rentabilité et rester compétitif. Pour les 2, l’accélération des temps de création et mise à disposition est une réalité de la Fast Fashion à prendre en compte.

Mais l’élément de différenciation résidera dans la capacité à établir la relation. Pour le retailer il s’agit de donner envie au client de venir et revenir : en plus de la mise à disposition d’articles  sélectionnés , de créer une boutique chaleureuse et un accueil personnalisé qui devra faire mieux que l’algorithme des plateformes de vente. Pour le chef de produit marketing il convient d’utiliser les nouveaux modes d’innovation notamment la co-innovation en associant le client à ses réflexions.

En matière d’innovation client, tous les secteurs ont d’ores et déjà adopté le Design Thinking consistant à créer l’empathie avec le client pour identifier ses besoins profonds et co-créer avec lui le produit de ses rêves. A quand « le consomm’acteur » pour la mode ?

INTELLIGENCE DE LA COORDINATION pour devenir créateur, producteur, diffuseur, partenaire  sur plateforme 

Avec l’arrivée de plateformes, telle que notamment Paris Fashion Shops, commencent à émerger de nouveaux métiers, des fonctions multidisciplinaires associant création/marketing/ achat/ vente /digital/ organisation. Ces missions  ne peuvent être tenues que par des profils hybrides qui ont le sens du business mais également la culture technique pour gérer les services digitaux associés. Ces profils en intégrant les différentes composantes du métier peuvent permettre de gagner du temps sur les cycles de création production et logistique et remplir les attentes clients séduits par la Fast Fashion.

De plus pour réussir cette mission il faut être capable de fonctionner en transversalité complète en interne avec les différents métiers et en externe avec les partenaires et sous-traitants.

Parmi toutes les plateformes, celles du secteur de la mode peuvent jouer la différence avec l’attrait des produits et la nécessaire créativité pour étonner. Le professionnalisme accru pour aborder les marchés d’aujourd’hui touche aussi ce secteur qui sort de l’image parfois superficielle de créations éphémères pour entrer dans les usages quotidien rendus possibles par le digital

Lieu d’innovation par excellence la mode n’a pas fini de nous étonner pour notre plus grand plaisir !

Dernières conférences

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *