Assises du Numérique 2013 :un éclairage de la politique du numérique en France

Parmi les faits marquants de cette 6ème Edition, qui s’est déroulée le 3 décembre , on retiendra notamment le discours volontariste du Ministère du Redressement Productif Arnaud Montebourg en faveur d’une politique industrielle du numérique, soulignant notamment l’enjeu que représente des mesures visant à favoriser l’entrepreneuriat dans ce secteur et à protéger notre richesse.

Celui-ci a par ailleurs profité de l’évènement pour rappeler les priorités gouvernementales dans l’appui à ce secteur  au travers du développement des infrastructures, création de quartiers numériques pour favoriser l’attractivité territoriale, soutien aux nouvelles technologies….

La question de la fiscalité numérique a notamment été abordée. Marc Tessier, Président du Forum des Images, ancien Président de France Télévision a soulevé l’importance de repenser cette fiscalité qui constitue un des principaux freins au développement du numérique français : « Quand on passe d’une économie physique à une économie numérique, une partie de la fiscalité devient obsolète ».

Laurence Allard, chercheuse à l’Université Paris 3, nous a rappelé que ce sont les utilisateurs d’aujourd’hui qui font déjà le marché d’aujourd’hui et feront la tendance du marché de demain : « Une invention naît toujours deux fois, précise Laurence Allard, l’invention d’abord et l’innovation sociale dans les usages ensuite. »

Dans l’après-midi, la culture et l’éducation ont été au cœur des débats de cette 6ème édition. Gilles Babinet, Digital Champion pour la France auprès de la Commission Européenne, ancien président du Conseil National du Numérique et entrepreneur émérite, n’a pas manqué de rappeler la nécessité de réformer en profondeur l’enseignement en France au regard de la révolution sociétale que représentait le numérique : « Distribuer des tablettes ne sert à rien si on ne repense pas le protocole éducatif ».

Kwame Yamgnane, directeur général adjoint de l’Ecole 42, abondant dans ce sens : « La question n’est pas de savoir comment on assure la transmission de savoir, mais comment on forme des gens adaptés au monde de demain…l’enjeu étant désormais d’apprendre à apprendre ». Salma KHAN, fondateur  de la Khan Académie,de réputation planétaire, nous a prononcé une allocution en vision conférence depuis San Francisco, profitant de ce moment pour  annoncer le lancement pour l’année prochaine de la Khan Académie en français.

Enfin, Geneviève Foriaso, ministre de l’Enseignement Supérieur concluait la journée en abordant le sujet des MOOCs, soulignant le succès notable de cette « Université 2.0 » (58 000 inscrits pour le moment) et le fait qu’on allait grâce au numérique vers une recherche plus coopérative et plus ouverte.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *