sylvie bremond innovation blossom banniere



Le manager coach de l’innovation et de la transformation

Par 27 décembre 2017 Développement RH

« Les seules connaissances qui puissent influencer le comportement d’un individu sont celles qu’il découvre par lui-même et qu’il s’approprie ». Carl Rogers en fait un principe de base dans son ouvrage sur le  développement personnel. Ainsi ni autorité ni formation ne peuvent permettre à un individu de se transformer ou d’innover; cela doit venir d’un élan (« le flow ») qui vient du fond de soi. Comment favoriser cet élan ? Par le coaching, un accompagnement méthodique que tout manager doit acquérir pour mener à bien ses objectifs en matière de transformation.

1ère étape: L’écoute empathique

Commencer par écouter… mais pas n’importe comment. Par une écoute active , c’est à dire en rebondissant par des questions ouvertes, et en accueillant les propos avec bienveillance, c’est  dire sans jugement ni critique, mais avec congruence, en reflet de ce qu’est le manager. A l’issue de cette première étape un climat d’empathie doit permettre de passer à l’étape suivante en confiance.

manager coach innovation transformation

2ème étape : Le feedback bienveillant

Le manager doit alors rebondir sur ce que son collaborateur a exprimé  et identifier dans ses

réserves ou peurs la part objective et la part émotionnelle. Il joue ainsi l ‘effet miroir, grossissant, pour permettre au collaborateur d’en prendre conscience pour les dépasser. Tout problème devient alors une opportunité de changement.

3ème étape :  La solution co-construite

Ensemble, ils vont alors chercher des idées pour venir à bout des résistances et passer à l’action. Pour cette étape la méthode de la CPS (Creative Problem Solving) est très indiquée ; elle permet de co-construire en suivant 4 étapes : clarifier le problème, trouver des idées, imaginer des solutions puis agir ;de ces 4 étapes on procède en utilisant une phase de divergence où la créativité a à chaque fois sa place et une phase de convergence pour décider des idées et solutions clés.

4ème étape : La puissance : permission et protection

Le coach donne à la fois la permission et la protection… c’est ce qui est attendu du collaborateur : je t’autorise à agir et ne n’inquiète pas je te soutiendrai en cas de problème.  «J’ai confiance en toi tu y arriveras » est ce que chacun a besoin d’entendre et ressentir pour passer à l’action. Le manager doit transformer son pouvoir, qu’il tire naturellement de son statut hiérarchique, en soutien à la puissance de ses collaborateurs, pour qu’ils passent à la mise en œuvre mentale et opérationnelle de la transformation.

À voir aussi

Où se dirige l’IA en 2018 ?

Par 8 décembre 2017 Digital

13 prédictions de chercheurs et d’experts du monde entier. Des publications comme The Wall Street Journal, Forbes et Fortune ont tous appelé 2017 « L’Année de l’IA ».

Et avec raison.

L’IA a surperformé les joueurs professionnels et les joueurs de poker dans de nouveaux domaines. L’accès à l’éducation en apprentissage approfondi s’est étendu à travers divers programmes en ligne. L’enregistrement de précision de reconnaissance vocale a été cassé plusieurs fois, le plus récemment par Microsoft. Des universités de recherche et des organisations telles qu’Oxford, le Massachusetts General Hospital et Avitas Systems de GE ont investi dans des supercalculateurs d’apprentissage en profondeur.

Ce sont quelques-uns des nombreux jalons en 2017. Alors, quelle est la prochaine étape ? Nous avons recueilli les prédictions des plus grands chercheurs et leaders d’opinion du monde.

direction IA 2018

L’IA deviendra réalité pour la médecine

« 2018 sera l’année où l’IA deviendra réalité pour la médecine. Nous allons passer des algorithmes aux produits et réfléchir davantage à l’intégration et à la validation, afin que ces solutions puissent passer des concepts à des solutions réelles et tangibles pour nos médecins. D’ici la fin de l’année prochaine, je pense que près de la moitié des principaux systèmes de santé auront adopté une forme d’IA au sein de leurs groupes de diagnostic. Et bien qu’une grande partie de cette adoption se produira d’abord dans les spécialités médicales diagnostiques, nous voyons des solutions pour la santé de la population, les opérations hospitalières et un large éventail de spécialités cliniques qui suivent rapidement. En 2018, nous commencerons l’adoption d’une technologie qui pourrait vraiment transformer le fonctionnement des fournisseurs et la façon dont les patients vivent les soins de santé à l’échelle mondiale. » – Mark Michalski, directeur général du Massachusetts General Hospital et Brigham and Women’s Centre Science des données cliniques

L’apprentissage approfondi révolutionnera la simulation et la conception techniques

« 2018 sera l’année de l’apprentissage en profondeur commence une révolution dans la simulation d’ingénierie et de conception

Au cours des trois à cinq prochaines années, l’apprentissage approfondi accélèrera le développement des produits de plusieurs années à plusieurs mois et plusieurs semaines pour créer un nouveau paradigme d’innovation rapide en termes de fonctionnalités, de performances et de coûts. »- Marc Edgar

L’IA sera considérée comme faisant partie d’un système clinique « régulier »

« L’IA en 2018 et dans les années à venir sera tellement intégrée dans nos systèmes cliniques qu’elle ne s’appellera plus AI mais plutôt un système régulier. Et les gens se demanderont: «Comment avons-nous pu vivre sans ces systèmes dans le passé?» – Luciano Prevedello, M.D., M.P.H., Radiologie et neuroradiologie, Ohio State University Wexler Medical Center L’IA sera considérée comme un créateur de contenu traditionnel « Compte tenu de la rapidité de la recherche, je pense que l’IA sera capable de créer de nouveaux médias personnalisés, tels que la musique selon vos goûts. Imaginez un futur service de musique qui ne joue pas seulement des chansons existantes, mais qui génère continuellement de nouvelles chansons pour vous. »- Jan Kautz, directeur principal de l’informatique visuelle et de la recherche automatique, NVIDIA

La technologie continuera à s’adapter à l’IA

« L’IA va affecter 25% des dépenses technologiques à venir. Le thème principal est la manière dont les organisations et la main d’œuvre humaine vont faire face aux changements qu’apporteront les technologies de l’IA. »- Nicola Morini Bianzino, directrice générale de l’intelligence artificielle et de la stratégie de croissance, Accenture

La biométrie remplacera les cartes de crédit et les permis de conduire

« Grâce à l’IA, le visage sera la nouvelle carte de crédit, le nouveau permis de conduire et le nouveau code à barres. La reconnaissance faciale est déjà en train de transformer complètement la sécurité avec les capacités biométriques adoptées, et vu comment la technologie et le commerce fusionnent, comme Amazon avec Whole Foods, je vois un avenir proche où les gens n’auront plus besoin de faire la queue au magasin. » – Georges Nahon, PDG d’Orange Silicon Valley; président, Orange Institute, un co-laboratoire de recherche mondial

De nouvelles techniques d’apprentissage approfondi apporteront de la transparence dans la façon dont les données sont traitées 

« L’apprentissage en profondeur (deep learning) augmentera considérablement le contenu quantitatif des rapports de radiologie. Il y aura beaucoup moins de préoccupations que l’apprentissage en profondeur soit une «boîte noire», car de nouvelles techniques nous aideront à comprendre ce que «voit» DL » – Bradley J. Erickson, M.D., Ph.D., consultant pour le Département de radiologie; consultant pour la Division des statistiques biomédicales et de l’informatique, Département de la recherche en sciences de la santé; président associé de la recherche, Département de radiologie, Mayo Clinic

L’IA et les réseaux de neurones profonds seront accessibles sur les smartphones 

« De vastes applications sur les smartphones vont exécuter des réseaux de neurones profonds pour permettre l’IA. Les robots amis commenceront à apparaître comme plus abordables et à augmenter comme la nouvelle plate-forme à la maison. Ils vont commencer à jeter un pont entre la vision, le langage et la parole de telle sorte que les utilisateurs ne seront pas conscients de la différence entre ces modalités de communication. » – Robinson Piramuthu, scientifique en chef pour la vision par ordinateur, eBay

L’IA s’intégrera plus complètement dans la vie quotidienne 

« Les robots vont s’améliorer face à des tâches complexes que les humains tiennent pour acquises, comme se promener dans une pièce et sur des objets. Ils iront mieux à maîtriser des choses ennuyeuses et normales. Je suis impatient de voir des progrès dans les tâches de la PNL, car nous avons encore beaucoup de chemin à faire. Nous allons voir de plus en plus de produits contenant une certaine forme d’IA entrer dans nos vies. Les véhicules autonomes de niveau 4 de Waymo sont déployés sur la route maintenant. Donc tout ce qui a été testé dans le laboratoire deviendra plus commun et disponible. Cela touchera plus de vies. » – Chris Nicholson, PDG et co-fondateur de Skymind.io

Le développement de l’IA sera plus diversifié

« Nous allons commencer à voir de plus en plus de personnes de tous horizons participer à la construction, au développement et à la production d’IA. L’outillage et l’infrastructure continueront à s’améliorer et permettront à plus de personnes de traduire leurs données et algorithmes en utilisation réelle. Les produits et les applications permettront une interrogation plus interactive du fonctionnement interne des modèles sous-jacents, avec pour résultat une confiance accrue dans ces systèmes, en particulier dans les applications critiques. En médecine, nous verrons plus d’agrégations de sources d’informations disparates couvrant de nombreuses disciplines, plutôt que de se concentrer sur des cas d’application unique, bien que la portée de ces applications ciblées continuera à se développer à un rythme fébrile. »- George Shih, fondateur, MD.AI; professeur agrégé et vice-président, Informatique, Département de radiologie, Weill Cornell Medicine

L’IA va ouvrir un nouveau champ de recherche en astrophysique contemporaine

« L’IA permettra la détection d’un événement astrophysique inattendu qui émet des ondes gravitationnelles, ouvrant un nouveau champ de recherche en astrophysique contemporaine. » – Eliu Huerta, astrophysicien et chef du groupe de gravité, Centre National des Applications Superinformatiques, Université de l’Illinois à Urbana – Champagne

L’ IA va passer du laboratoire de recherche au chevet du patient 

« L’IA en imagerie atteint le sommet de la« courbe du hype », et nous commencerons à voir les outils activés par AI passer du laboratoire de recherche au poste de travail du radiologue et, finalement, au chevet du patient. Les cas d’utilisation pas si glamour (par exemple, outils de workflow, qualité / sécurité, triage des patients, etc.) pour l’évaluation et la mise en œuvre d’AI attireront l’attention des développeurs, compagnies d’assurance, organisations et institutions de santé. L’un des plus grands défis auxquels l’industrie de l’IA médicale et de l’imagerie sera confrontée est la capacité des régulateurs à suivre l’innovation en cours. La FDA devra trouver des méthodologies efficaces et rationalisées pour valider et approuver les algorithmes qui seront utilisés pour dépister, détecter et diagnostiquer les maladies. »- Safwan Halabi, directeur médical de l’informatique radiologique, Stanford Children’s Health, Hôpital pour enfants Lucile Packard

Les assistants personnels AI continueront à être plus intelligents 

« Les assistants personnels continueront à être plus intelligents. Comme nos assistants personnels en apprennent plus sur nos routines quotidiennes, je peux imaginer le jour où je n’ai pas besoin de s’inquiéter de la préparation du dîner. Mon IA sait ce que j’aime, ce que j’ai dans mon garde-manger, quels jours de la semaine j’aime cuisiner à la maison, et je m’assure qu’à mon retour du travail, tous mes produits d’épicerie attendent à ma porte, prêts à me préparer ce délicieux repas dont j’avais envie. »- Alejandro Troccoli, chercheur principal, NVIDIA  Intéressé à entendre plus d’innovateurs IA?

Apprenez-en plus sur l’endroit où va l’IA dans nos documents originaux, « Je suis une IA ». Le premier épisode est maintenant disponible ici.

Article d’après Rosie Brown posté le 3 décembre sur Linkedin

À voir aussi

Le monde du marketing digital en émoi : les publicitaires supplantés par les technologues !

Par 27 octobre 2017 Digital

Le digital est aujourd’hui l’enjeu de toutes les entreprises. Qui dit enjeu dit stratégie de survie par la croissance mais aussi enjeu de pouvoir dans les organisations. Depuis la dernière décennie j’observe les jeux d’acteurs, dont j’ai fait partie chez Orange en dirigeant la communication innovation de l’opérateur puis chez L’Oréal en créant le poste de transformation digitale de la Recherche et Innovation…et aujourd’hui en intervenant dans les programmes d’innovation et de transformation digitale de mes clients : Total, BNP Paribas, CNP assurances, Caisse des Dépôts, etc…

La fonction digitale est partout problématique : fonction hybride qui nécessite connaissance technique et des usages tout en maîtrisant l’art de la transformation

On voit donc cette fonction évoluer de la Direction informatique pour qui il ne s’agit pas de brader les architectures réseaux, hard, par des soft skills vers les directions de l’innovation ou des RH si l’enjeu est pris en compte plutôt sous l’angle humain et de changement culturel.

La tendance dans les très grandes entreprises est à la création du poste de CDO, Chief Digital Officer, directement rattaché au président ou DG. De ce fait le marketing digital devient un nouveau terrain d’ambition entre CDO, informatique et marketing, à l’image du marché des agences qui en train de se reconfigurer.

Les agences ont beau s’y mettre, le besoin d’expertise technologique l’emporte. Ainsi Accenture Interactive fait trembler les géants de la communication comme « WPP », « Omnicom » ou « Publicis » .Dans une interview aux « Echos » Arthur Sadoun a déclaré « Accenture est un concurrent plus réel que Google ou Facebook ».

monde marketing digital emoi

Crédit Infographie Le Figaro

En 5 ans Accenture, le géant américain de la technologie est l’un des leaders mondiaux du marketing digital grâce à Accenture Interactive. Depuis 2012 ce dernier est passé de 0 à 6 milliards de d’euros de CE. Cette branche est devenue le moteur du groupe. Comme l’analyse Pierre Nanterme son PDG «  En partant de notre expertise technologique, nous avons étiré notre offre vers le marketing digital et l’expérience client pour devenir un acteur de référence auprès des directeurs marketing ».

Prochaine étape ? L’absorption de WPP ou Publicis ? En attendant le géant américain prend soin de bien cibler ses recrutements chez les concurrents publicitaires (WPP, Omnicom, Publicis…) et le renforcement par complément d’achats (encore 1Milliard déclaré) pour renforcer la branche digitale en expertises marketing et communication.

À voir aussi

La créativité, une clé pour chaque étape de transformation

Par 16 octobre 2017 Mes Contributions

creativite cle etape transformation

À voir aussi

La créativité dans tous ses états

Par 16 octobre 2017 Développement RH

3 Conférences complémentaires pour une formation complète et pratique de la créativité

« Je n’ai aucun talent seulement une curiosité passionnée ». Avec modestie Albert  Einstein donne à comprendre que la créativité est un jeu pour lui, une manière d’être. Et c’est vrai que la personne créative l’est par passion mais aujourd’hui pour les entreprises  la créativité est devenue une compétence, un must du savoir-être… Tout manager doit être capable de mener une transformation et donc recourir au potentiel créatif de ses équipes pour leur adaptation. Le DRH et le manager doivent répondre à ces 3 questions sur la créativité : « L’innovation est une compétence clé aujourd’hui mais comment la rendre accessible à tous ? » «  Le profil d’innovateur : comment identifier les préférences d’innovation et comment faire fonctionner les différents profils ensemble ? » « La créativité peut aider à résoudre des problèmes : comment faire ? 3 formations complémentaires.

1ère session : Comprendre la créativité pour l’adopter et avoir envie de développer son potentiel créatif

Autrefois domaine réservé aux professionnels de l’innovation, la créativité a fait son entrée dans l’entreprise au travers de l’invention à la R&D et du brainstorming pour les nouveaux produits et la publicité au marketing. A l’instar de Steve jobs pour qui « l’innovation est une passion brûlante », aujourd’hui, innover est devenu une compétence que tout salarié doit développer pour améliorer son savoir-être et sa contribution à la performance de l’entreprise.

Etre créatif c‘est une preuve d’agilité, d’engagement, d’initiative… Autant d’attitudes qui peuvent être naturelles pour certains mais très inhabituelles pour d’autres. Pour les premiers c’est un environnement souple et convivial qui leur permettra de libérer en confiance la créativité qu’ils ont naturellement en eux ; pour les autres, il faudra développer cette aptitude par des formations à l’écoute bienveillante, au lâcher prise… Et leur permettre d’appliquer leur rôle favori à l’étape du process d’innovation la mieux adaptée.

creativite tous etats

2ème Session : Connaître son profil d’innovateur pour identifier ses préférences créatives et composer son programme de développement

Différents outils permettent de mettre en évidence les préférences de chacun. Le MBTI qui au travers des dichotomies « sensation-intuition » et « jugement-perception » permet d’identifier les profils d’innovateurs. Pour information Steve Jobs et Bill Gates seraient ENTJ !

La méthode Foursights© mise au point par Gérard Puccio de l’Ecole de Buffalo d’où vient le « brainstorming » permet  d’identifier  4 grands profils dont  l’idéateur qui caractérise les plus naturellement créatifs. Celui qui passe ce simple test en quelques minutes , s’il favorise plutôt l’étape d’analyse du problème, un « clarificateur », la phase de production d’idées un « idéateur » ; la recherche de « solution », un « développeur» ou le passage à « l’action » un « réalisateur ».

On peut également combiner  ces différentes préférences et l’idéal est  de parvenir à couvrir les 4 pour être un innovateur complet !

3ème session : Savoir diverger et converger pour résoudre ses problèmes grâce à la créativité

La méthode de la CPS (Creative Problem Solving)(*) qui permet de clarifier le problème, trouver des idées et appliquer des solutions pour agir, utilise lors de ces 4 étapes une phase de divergence ou la créativité a à chaque fois sa place et une phase de convergence pour décider des idées et solutions clés.

Cette alternance entre « je scanne les solutions » et « je focuse pour agir » permet de bénéficier des compétences d’analyse et de synthèse où chacun peut trouver sa place . Ainsi avec la créativité qui permet de trouver des solutions « tout problème devient une opportunité ».

À voir aussi

L’Inno.Bus ! ça roule pour l’innovation industrielle chez Total

Par 12 octobre 2017 Innovation

L’Inno.Bus, qui a été inauguré par Bernard Pinatel, le Directeur de la Branche Raffinage-Chimie le 9 octobre, est en train de  parcourir pendant les semaines à venir les 3000 Kms qui relient 11 sites français et belges. Chaque étape est l’occasion de partager avec les salariés des  raffineries et sites pétrochimiques  les innovations métiers du Groupe.

Pour la Mission Innovation de la branche Raffinage-Chimie de Total, qui porte ce projet pendant la grande fête de l’innovation du groupe les « Innodays », l’objectif est de renforcer sa dynamique d’innovation industrielle même si elle compte déjà plus de 17 challenges innovation en un an, et 30 000 connexions sur la plateforme participative dédiée aux  idées des salariés. Les Prix de l’Innovation qui viennent récompenser chaque année des projets permettant d’améliorer la performance des installations à partir de propositions émanant de  salariés de la Branche seront présentés dans le Bus.

inno-bus-total-1

Des innovations pour l’Usine 4.0  à découvrir dans l’Inno.bus :

La vision prospective des métiers industriels de demain,  scénarisée dans le film « L’Usine 4.0 »  est concrétisée par des démos d’innovations concrètes telles que :

  • Les applis  de l’opérateur augmenté qui permet-tent d’améliorer les conditions de travail et la performance des opérateurs tels que l’assistant aux tournées d’inspection ou la surveillance des vannes
  • La « trouble shooting room » : une salle d’assistance à distance en temps réel pour résoudre les incidents, au lieu d’attendre la venue d’un expert et le résultat de son analyse des données a posteriori si incident sur une machine.
  • La vision en images de l’Usine 4.0 ou usine du Futur, imaginée par les métiers de Total
  • La visite de la raffinerie d’Anvers  en réalité virtuelle avec des lunettes 3D, pour participer à des jeux sur la culture de l’innovation et développant la créativité
  • Les logiciels d’Intelligence Artificielle pour faire parler les données du raffinage et de la pétrochimie et permettre aux métiers de délivrer des études/analyses plus rapidement.

inno-bus-total-2

Un esprit  créatif et convivial: des Mantras Innovation et un Foodtruck

Le bus est entièrement recouvert de silhouettes en habit d’opérateurs pour rappeler le métier et de mantras d’innovation qui jouent les paradoxes de toute innovation industrielle aux initiales de la Branche Raffinage Chimie (R&C) : Réinventer& Construire, Regarder & Créer, Redéfinir &  Conquérir…

Des jeux et animations sur la culture innovation permettront aux opérateurs des sites de s’initier à a culture innovation tout en partageant  une pause gourmande au Foodtruck qui accompagne l’Inno.bus.

innovation total

À voir aussi

La créativité, une clé pour chaque étape de transformation

Par 30 août 2017 Développement RH

« La créativité, c’est l’intelligence qui s’amuse » aimait à dire Einstein comme une boutade… On imagine bien qu’associer intelligence et amusement ne peut-être qu’un cocktail positif permettant de venir à bout des tâches les plus ardues. Or la transformation, qu’elle soit individuelle ou collective, en est précisément une et c’est un vrai casse-tête pour tout dirigeant. On connaît cette règle des 25% « early adopters », 25% réfractaires et 50% qui attendent que le train passe pour le prendre avec tout le monde. Donc, pour 75% des individus toute transformation, même minime, est assimilée à un changement risqué et est donc chargée négativement. Seuls  25%  aiment que les choses bougent en ayant un a priori positif sur ce qui change. Dans ces 3 cas, la transformation  est à aborder de manière différente, et il se trouve que la créativité est une clé efficace mais avec une finalité et usage différentiés!

Des « early Adopters » impatients : la créativité pour avancer

Ceux qui aiment le changement, on les identifie facilement dans une entreprise. Sans caricaturer, ils ont généralement des convictions autour du progrès et surtout du coté positif du progrès. Ces adeptes du « changement pour le changement » sont souvent dans des fonctions d’innovation ou lorsqu’ils se trouvent dans des fonctions régaliennes se portent volontaires pour porter un projet, acceptent de tenter des expériences, de prendre le risque d’un pilote… Vous les reconnaissez facilement en tant que manager et  ils se reconnaissent entre eux également, se fréquentent et aujourd’hui créent des communautés que le Digital leur permet via les réseaux sociaux internes.

Pour ces adeptes du changement, la créativité est une pratique de bonne santé mentale, participer à un brainstorming est un must,  imaginer des solutions nouvelles est une seconde nature. En revanche, comme ils sont en minorité, ils ont besoin de se sentir soutenus dans leur vision et leur capacité à trouver des solutions ;les inviter à une séminaire de réflexion , en amont, sur les axes du plan de transformation puis sur des solutions d’actions est un moyen de les fédérer.

Facilement capables de se projeter, les Innovation Games type « Speed Boat » ou « Pire Cauchemar » sont tout à fait indiqués avec eux. Utilisez leur imagination et leur motivation par la créativité et en les rendant  « ambassadeurs » de votre programme de transformation.

transformation creativite

Les indécis : la créativité pour les convaincre par la co-construction de solutions

Ceux qui  « attendent de voir comment ça va se passer », « les attentistes » ou « indécis »  sont généralement majoritaires. Avec cette population il faut d’abord qu’ils arrivent à être convaincus de la nécessité de changer : dans un premier temps les aider à accepter de considérer le problème, la finalité de la transformation mais également l’urgence, dans un deuxième temps les aider à trouver des solutions, et dans un troisième temps leur apporter des preuves des premières avancées pour qu’ils voient que « c’est possible ».

La créativité va pouvoir jouer un rôle dans ces 3 phases : pour la prise de conscience par des projections en prospective pour qu’ils se rendent compte des menaces et des opportunités, pour trouver des solutions en utilisant la méthode de la CPS (Creative Problem Solving)(*) qui permet de clarifier, trouver des idées et  appliquer des solutions pour agir, et enfin pour s’inspirer de ce qui marche ailleurs pour extrapoler pour leur propre domaine ou métier.

Des réfractaires : la créativité pour  limiter l’inertie et le buzz toxique

Ceux qui détestent sortir de leur zone de confort et vont plutôt soutenir la stabilité, les avantages acquis, la « non-prise de risque », seront difficiles à convaincre… Certains partiront (à la retraite ou quitteront l’entreprise) mais pour ceux qui restent malgré tout il  leur faudra du temps… Quand la transformation aura dépassé la phase de transition et commencera à apporter ses fruits en réorganisation et ressources nouvelles… Mais cela peut prendre du temps.

Il faut donc avancer sans eux dans un premier temps et prévoir de les embarquer pour limiter leur capacité d’inertie dans le système. La encore la créativité peut aider à aller plus vite en facilitant l’expression des peurs et en procédant à un nettoyage émotionnel qui permettra une prise de conscience en douceur et d’embarquer tout le monde, à son rythme dans le mouvement de transformation.

À voir aussi

Comment l’IA va révolutionner le monde de l’orientation… et du recrutement !

Par 11 juillet 2017 Mes Contributions

ia-revolutionner-monde-orientation-recrutement

À voir aussi

L’énergie, un gisement pour l’innovation

Par 1 juillet 2017 Innovation

Dans le changement d’ère que nous sommes en train de vivre, si tous les secteurs sont concernés, celui de l’énergie est particulièrement engagé dans le changement comme le traduit le terme de « transition énergétique » qui le caractérise. Dès que la transition s’annonce, l’innovation s’impose…

L’innovation pour tous les acteurs de l’énergie… les nouveaux pionniers

Si pour les pionniers de l’or noir, la nouveauté consistait à découvrir de nouveaux gisements et l’innovation était d’ordre géographique et géologique, aujourd’hui les pionniers de l’énergie sont partout et cherchent à innover tous azimuths. La guerre de l’énergie se joue sur tous les fronts : nouvelles méthodes, nouvelles sources, nouveaux acteurs

energie-gisement-innovation-1

Les producteurs, ceux dont c’est le cœur de métier, continuent d’explorer comme ils l’ont toujours fait mais cherchent de nouvelles méthodes pour produire en limitant les émissions de carbone. Quatre géants du pétrole, Exxon, Shell, Total et BP viennent de se rallier au plan de réduction des émissions de carbone présenté il y a quelques mois par un groupe de Républicains Américains modérés. En publiant dans le Wall Street Journal  leur avis favorable pour une taxation des émissions de gaz à effet de serre, ils s’engagent implicitement à trouver des méthodes pour produire autrement ou à trouver de nouveaux types d’énergies.

L’innovation, pour l’excellence opérationnelle et la transformation des acteurs traditionnels

L’innovation va donc devoir entrer chez les géants établis de l’énergie, ou se développer encore plus fortement, comme une nécessité incontestable, intégrée à la notion d’excellence opérationnelle.

D’ailleurs depuis la crise de 2014/15 avec le prix du baril, l’esprit « problem solving » a dû s’imposer auprès de tous pour revoir leur productivité et fonctionner autrement qu’avec les moyens des riches années passées.

Tous ont lancé des programmes de changement… Pour n’en citer que quelques uns : Shell a intensifié son « Game Changer » vaste programme de transformation  par l’innovationBP a plutôt géré l’innovation dite incrémentale en se recentrant sur les explorations peu profondes à moindre risque et Total dont l’innovation fait partie de l’ADN s’est résolument lancé dans une transformation par l’innovation à tous les niveaux de l’entreprise traduite par la réorganisation de 2016.

De l’Or Noir à l’Or Vert… Une innovation à 360°

L’énergie est un domaine en profonde mutation qui subit les influences de toutes les vagues de transformation en même temps : environnementale bien sûr mais aussi, réglementaire, digitale avec l’arrivée des NBIC (Nanotechnologies, Biotechnologies, Intelligence Artificielle, Sciences Cognitives) …

Elle se joue sur tous les fronts de l’entreprise, au marketing pour les produits services mais déjà en amont dans la production avec l’industrie 4.0. en préfigurant de l’usine de raffinage de demain

C’est un secteur qui nécessite l’application de toutes les formes d’innovation, l’innovation à 360° :

-l’innovation incrémentale  ou innovation qui vient améliorer des produits et services existants : idées pour améliorer la qualité, idées pour produire moins cher, idées pour produire en bas-carbone, idées pour produire en améliorant le bien-être au travail… Ce type d’innovation fait l’objet de challenges internes, de mobilisation opérationnelle et d’engagement dans la mise en œuvre des projets. Tous les énergéticiens ont leurs systèmes internes de ce type, Edf, Engie, Shell, Total… qui constituent la base de l’innovation

- l’innovation radicale ou innovation qui apporte un changement sans remettre en question le business modèle ; elle permet d’offrir un service en plus, sans compromettre l’équilibre existant ; par exemple utiliser un robot pour fore et libérer les ouvriers  de taches pénibles; diffuser des lampes à énergie solaire dans les stations services en Afrique, c’est un acte d’engagement dans l’accès à l’énergie pour tous  en dehors de son cœur de métier  tout en restant dans le champ des services d’une station-services. 

- l’innovation de rupture ou innovation disruptive, c’est l’innovation qui repose sur la création d’un usage ou d’une valeur différente du cœur métier et qui vient remettre en question le business modèle existant ; ce type d’innovation représente donc un risque pour les revenus habituels en proposant des sources d’énergies alternatives ce que représentent les  …or tous doivent s’y mettre pour aller vers le « graal » des énergies propres et renouvelables

energie-gisement-innovation-2

Très chère innovation, innovation… très chère

Les énergies renouvelables suscitent de l’intérêt… Mais il est vrai que leurs promesses sont alléchantes. Propres et abondantes, elles permettraient à la fois de desservir enfin le milliard d’individus toujours privés d’électricité, et de couvrir la demande croissante des économies émergentes, Chine en tête, mais sans aggraver le réchauffement climatique. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) et le Giec (l’assemblée scientifique chargée de l’étude du climat aux Nations unies) recommandent ainsi de faire bondir leur part dans la production mondiale de 13% du total aujourd’hui à 48% en 2035 (AIE) et à 77% en 2050 (Giec).

Pour y parvenir, il faudra investir massivement : quelque 6 000 milliards de dollars pour tenir l’objectif de l’AIE en passant à l’électricité propre et à une nouvelle génération de biocarburants. Et la part des deniers publics sera déterminante : les subventions annuelles au secteur, actuellement de 57 milliards de dollars, dépasseraient les 200 milliards dans vingt-cinq ans.

Les Etats s’inquiètent et s’interrogent sur leur rôle et les énergéticiens vont donc devoir puiser dans leurs « trésors de guerre » pour financer ces nouveaux business.

L’innovation sous toutes ses formes… concilier sécurité et créativité

Pour parvenir à ce grand mouvement de transformation disruptive, il est un autre domaine qui va nécessiter des investissements… Celui des hommes.

Le domaine de l’énergie, traditionnellement orienté sur la sécurité pour des raisons évidentes liées à l’activité, doit aujourd’hui gérer le paradoxe de la  sécurité et de la créativité, permettre de concilier respect strict des consignes et capacité d’imaginer de nouveaux modes de fonctionnement. Ce grand écart culturel n’est pas facile et va demander une part importante d’investissement dans l’humain.

L’une des autres voies de disruption est l’apport de start ups innovantes par le capital risque. Là encore il va falloir gérer « risque » et « sécurité » financière, concilier process des grandes organisations sans entraver l’agilité des start ups acquises.

Les programmes d’innovation  des énergéticiens vont devoir former  aux nouvelles méthodes, à l’agilité, recruter de nouvelles compétences sur les nouveaux métiers, savoir intégrer les nouvelles compétences pour intégrer l’esprit start up et son agilité, libérer l’esprit créatif et sa capacité d’imaginer « out of the box » pour inventer l’énergie de demain.

À voir aussi

Les startups : pour booster l’innovation et la culture agile !

Par 1 juillet 2017 Développement RH

Exemples de coopération avec les RH pour la transformation digitale

La Journée d’étude du « Cercle de l’Excellence RH » consacrée  à l’innovation par le Groupe DRHM a donné l’occasion de voir à quel point les startups peuvent aider, non seulement à faire du business, mais également à contribuer à l’évolution des modèles culturels bousculés par la révolution digitale…et comment le DRH peut prendre sa place dans l’introduction des startups dans l’entreprise.

Reçus par les équipes de Cap Gemini dans leur Innovation Lab, les témoignages d’entreprises et de startups ont été mis en situation avec des démonstrations d’usages d’intelligence artificielle, hologrammes, d’imprimantes en fab lab…

startups-booster-innovation-culture-agile-1

Un sacré « coup de jeune » pour la Redoute

Augustin Chavanne (Head of Corporate Venture, LA REDOUTE) est venu expliquer comment le bon vieux catalogue, qui en son temps a été une innovation remarquable de la VPC française avec son service associé (livraison 24H chrono et crédit conso) est aujourd’hui  le partenaire recherché des startups.

Grâce à  la coopération réussie avec Ulule, le leader européen en matière de crowdfunding, la Redoute est devenu le champion de l’open innovation pour repérer et  développer les partenariats avec des startups sur leur lancement de nouveaux produits. Ce sont des partenariats win-win, sans engagement dans la durée mais les startups qui lancent leurs nouveaux produits sont heureuses de bénéficier de l’accès aux 8 millions de visiteurs uniques du grand VPCiste.

Dans le même temps la Redoute bénéficie non seulement du renouvellement de son offre pour une clientèle rajeunissante mais également d’une proximité culturelle avec les 1200 salariés qui doivent se lancer dans la transformation digitale.

Un programme d’échanges a été réalisé avec les RH qui permet à 40 Talents de vivre dans une startup dans une sorte de « Vis ma vie » et à l’ensemble des salariés de bénéficier d’échanges directs avec l’ensemble des startups lors d’événements  les rassemblant tous à Roubaix.

Un bilan d’ores et déjà positif en terme d’acculturation … à suivre coté business.

startups-booster-innovation-culture-agile-2

Manager la relation avec son écosystème grâce à Startup Flow

Gaëtan Bolloré, fondateur et managing partner de Startup Flow, est venu expliquer comment la plateforme développée par sa startup peut faciliter la mise en relation et la gestion de l’entreprise avec tout son écosystème d’innovation :

  • créer le CRM des startups partenaires,
  • partager de la veille disponible en abondance dans les startups qui créent elles-mêmes la nouveauté,
  • établir des KPIS et un test tracking framework permettant d’identifier les relations fructueuses à développer y compris dans les interactions avec les salariés, ce qui permet de révéler  des compétences cachées et d’identifier de futurs porteurs de projets.

Cette plateforme SAAS a été déjà mise en place pour des établissements bancaires, preuve de son niveau de sécurisation.

Totalement configurable selon les besoins de l’entreprise, les DRH peuvent donc prendre part à sa mise en place et acculturer les équipes RH à ces nouveaux modes de détection des talents.

À voir aussi