Les grands groupes misent toujours sur l’innovation conclusion du "Global Innovation 1000"

La crise n’a pas contraint les grands groupes à sacrifier la recherche. Selon l’étude« Global Innovation 1000 » réalisée par le cabinet de conseil en stratégie BOZ &Company   ,les1000 entreprises mondiales cotées dépensant le plus de recherche ont investi 532 Mds de dollars dans ce domaine en 2008 soit une augmentation de 5,7% pour une progression de 6,5% du chiffre d’affaires.Deux entreprises sur 3 ont augmenté leurs dépenses alors que 34% ont enregistré des pertes.

« Une réduction des efforts d’innovation serait comparable à un désarmement unilatéral en pleine guerre mondiale » a expliqué Barry Jaruzelski partner du cabinet..Au hit parade mondial 2008 de l’innovation le constructeur automobile japonais Toyota conserve la première place avec 9 milliards de dollars d’investissement et Sanofi-Aventis ,premier français du classement arrive au 10ème rang mondial.

Engagées dans une partie difficile les sociétés misent sur l’innovation pour préparer l’aprés-crise.Mais le ralentissement économique a provoqué des changements ,souligne le rapport,et les entreprises réduisent la recherche fondamentale tout en faisant porter leurs efforts sur les lancements de produits et l’innovation incrémentale.

Pour accéder à l’étude ,vous pouvez vous connecter sur http://www.booz.com/http

2 réponses
  1. eric blot
    eric blot dit :

    Les entreprises continuent d’innover pendant la crise. Certains secteurs comme le développement durable appellent plus de fonds que d’autres.`

    Mais, au delà du combien, n’est-ce pas de plus en plus le comment qui évolue ces dernières années ?
    C’est vrai que la compétition mondiale à poussé à investir plus vers le D que vers le R. Franchement ce n’est pas nouveau, on vit cela depuis l’explosion de la première bulle internet. Les résultats financiers trimestriels poussant les entreprises à voir à court terme.

    Je pense néanmoins que ces deux ou trois derniers exercices nous laissent entrevoir de nouvelles pistes d’innovation et d’organisation de la recherche. L’open innovation, le crowd sourcing, l’usage d’outils web2.0 ou intranet 2.0 pour faire appel au communautaire et au décloisonnement.
    Certains grands des high techs ne se sont pas trompés (google, IBM, cisco, …), les autres devraient suivre rapidement.

    Répondre
  2. sylvie brémond
    sylvie brémond dit :

    En effet la crise pousse à minimiser les risques..mais aussi à aller vers des marchés plus accessibles par de nouvelles sources d’innovation telles que l’innovation sociale en utilisant par exemple les ONG comme indicateurs d’acceptabilité et d’accessibilité…on parle encore peu de ces nouvelles formes d’innovation

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *